<< Retour aux actualités

Des opportunités d’investissement pour Echiquier Major

Soyons francs, l’année 2012 ne sera pas facile. En 1996, Milton Friedman, Prix Nobel d’Economie, avait annoncé l’impossibilité d’une union monétaire sans une union politique préalable, c’est aujourd’hui le centre des débats. La difficulté de ces marchés  très « politiques » est de se trouver dans une perspective binaire : soit l’euro se désintègre, soit on lui donne les moyens d’être une vraie monnaie unique gérée par un gouvernement économique. Avec les projets de révision des traités, nous sommes convaincus du succès du deuxième scénario mais cela prendra du temps. Et ce temps joue sans aucun doute sur la conjoncture économique de l’année prochaine. 2012 sera donc difficile mais n’aura rien à voir avec l’arrêt brutal que l’économie a connu lors de la faillite de Lehman Brothers. Toutes les entreprises que nous rencontrons nous le confirment. Cette crise intervient alors que l’économie vient de redémarrer dans les pays matures (pas de surchauffe comme en 2007), avec des  niveaux de stocks contrôlés, des bilans de meilleure qualité (dette nette/EBITDA des valeurs de votre fonds divisé par 2 par rapport à cette période), des niveaux de chiffres d’affaires dans les pays en croissance nettement plus élevés (et même multipliés par deux dans le secteur du luxe),  et des dirigeants qui ont poursuivi leurs efforts sur les bases de coûts.

Notre univers d’investissement est formé d’entreprises de qualité qui nous ont déjà prouvé que les conjonctures compliquées sont des périodes très favorables pour améliorer encore leur organisation et surtout accentuer leur leadership face à des concurrents affaiblis.

Les opérations

Conjoncturelles

A l’heure des bilans, nous avons vécu une année 2011 en deux temps. Une première moitié jusqu’à l’été, où les arbitrages dans Echiquier Major ont été guidés par des objectifs de cours atteints, à l’instar des ventes effectuées en EDENRED, RICHEMONT, GIVAUDAN et MAN, ainsi que des achats en SEB, H&M et CAMPARI. Depuis l’été, moment où l’envi­ronnement économique et politique s’est singulièrement compliqué  avec l’accélération de la crise de l’euro et les blocages institutionnels aux Etats-Unis, nous nous sommes concentrés sur nos plus importantes positions. C’est ainsi que nous avons vendu dans des conditions difficiles BNP PARIBAS, ARCELOR, EDF et SANDVIK. Nous ne voulions pas vivre cette période difficile avec des sociétés fragilisées par la crise et insuffisamment protégées par leur statut de leader.  Avec l’expérience acquise en 2008-2009, nous avons la conviction que les marchés vont nous offrir l’occasion d’acheter des sociétés que nous connaissons parfaitement,  présentes sur notre « watching list », à des prix raisonnables. C’est le cas d’HEXAGON, de FRESENIUS MEDICAL CARE, d’UMICORE et de KUEHNE&NAGEL, que nous avons achetées avec des valorisations ordinaires dans ces marchés volatils et troublés, alors que sans aucun doute ce sont, à nos yeux, des modèles économiques extraordinaires.

Fondamentales

Depuis maintenant plus de six ans, dans cet univers d’investissement des  « valeurs de croissance leaders », nous nous sommes créés des repères qui nous aident à sélectionner des dossiers et à nous forger des convictions fortes. Une société concentrée sur une seule activité,  des dirigeants experts de leur secteur avec une vision long terme (sans arrogance  !), une bonne conscience des risques extra-financiers, des parts de marché deux fois supérieures à celles de leurs concurrents avec une politique d’innovation forte, un savoir-faire dans les acquisitions, un modèle économique réplicable et aucune concession à la culture d’entreprise… Autant de points communs que nous retrouvons dans des entreprises comme GEBERIT, MICHELIN ou ZODIAC. Vous l’avez compris, une fois que nous avons déniché ces caractéristiques dans une entreprise, il nous est plus facile de traverser les mauvaises périodes. C’est la chance que nous avons d’investir dans le monde des entreprises « leaders ».

Stratégie d’investissement

Les conditions économiques de 2012 ont déjà été anticipées pour partie, et votre fonds est aujourd’hui investi à 95%. L’expérience montre que ces périodes d’intense volatilité et de manque de visibilité sont vues, après coup, comme des moments d’opportunités. Toujours difficile à vivre au quotidien, on ne sait jamais combien de temps cela dure mais après on les regrette toujours… Faire le bon choix et sélectionner les entreprises qui seront capables de dépasser leurs plus hauts historiques reste notre objectif. C’est aussi notre engagement.