<< Retour aux actualités

Lettre d’un Américain à Paris à propos des élections françaises

Mes chers compatriotes,

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle française, remercions de tout cœur la France pour damer le pion aux Etats-Unis au prix de l’« élection-la-plus-drôle-jamais-organisée-par-un-pays-sérieux ». Je pensais qu’avec Trump-Clinton notre beau pays allait détenir ce titre pour un moment, mais la France fait manifestement tout ce qui est en son pouvoir pour nous l’arracher des mains. Alors, si vous croisez un Français ces prochains jours, embrassez-le chaleureusement. Préparez-vous tout de même à humer l’odeur de la dernière cigarette nerveusement grillée.

Ici, les élections présidentielles sont un peu différentes. D’abord, il y a deux tours de vote, le dimanche. Pourquoi le dimanche ? Parce que les magasins sont fermés et qu’il n’y a rien d’autre à faire. Secundo, n’importe qui peut se présenter – ou presque : il y a donc onze candidats, dont un trotskiste qui veut interdire les licenciements et donner le contrôle des entreprises aux travailleurs. Il y a aussi ce candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste qui, malgré son emploi chez Ford Auto, est « malade à crever de ce capitalisme qui détruit tout sur son passage »… mais continue quand même à travailler comme mécanicien pour l’affreux capitalisme. J’imagine qu’il n’est pas si mauvais, après tout…

Mais attendez, il y a mieux : le parti de Lyndon LaRouche, qui a disparu de la scène américaine il y a bien longtemps, est toujours bien vivant, ici en France ! L’engagement de son candidat[1] ? Interdire le Pokémon Go car il est une expression ridicule et épouvantable de la société. Sérieusement.

Ces derniers jours, quatre candidats se rejoignent au sommet des sondages. Le premier est François Fillon, le candidat « républicain ». Mais attention : les républicains français ne sont pas les républicains américains. Ils ressemblent davantage aux démocrates américains. Bref, François Fillon prévoit d’abaisser les dépenses publiques jusqu’à 49% du PIB d’ici 2022. Le pourcentage de PIB des dépenses publiques en Amérique est de 36%, et ce après huit ans de présidence Obama. Même si les médias le cataloguent comme un candidat « de droite », cela ne vaut donc qu’en France. N’imaginez pas Fillon comme chef d’un « Tea Party à la française » ou quelque chose de ce genre. Fillon est plus connu pour ses mesures pour l’emploi, qui promettent un emploi à chaque membre de la famille… et une présence au travail facultative.

Ensuite, il y a le candidat du centre, Emmanuel Macron, qui n’est centriste qu’en France – il a longtemps été socialiste. Tout en donnant très peu de substance, il a un beau sourire. Ce qui est fascinant pour Macron, c’est qu’à l’âge de 16 ans, lui et son professeur – une femme mariée de 40 ans – sont tombés amoureux. Chez nous, il y aurait là tous les ingrédients d’un mauvais film à l’eau de rose. Mais c’est la France, et je suppose que c’est perçu comme un peu centriste, ici.

Ensuite, il y a les candidats de l’extrême droite et de l’extrême gauche. Marine Le Pen est toujours décrite comme « extrémiste », mais je pense que c’est seulement parce qu’elle semble haïr beaucoup de gens. Ses politiques économiques, telles qu’elles sont écrites, sont un copié-collé des meilleures pages de L’économie pour les Nuls. Elle veut réduire l’âge de la retraite de 62 à 60 ans, ignorant apparemment que les gens vivent plus longtemps que jamais. Elle veut distribuer des avantages sociaux supplémentaires, ignorant là encore que l’argent ne pousse pas dans les arbres. Encore mieux : elle veut abandonner l’euro et retourner au franc. Pour les Américains qui ne connaissent pas ce terme, il existait il y a longtemps deux types de francs : l’un appelé le Franc suisse, et l’autre appelé le Franc français déprécié (connaissez-vous le célèbre explorateur des mers Jacques-Yves Cousteau ? Une vieille blague disait : quelle est la différence entre Jacques Cousteau et le franc français ? Réponse : le franc n’a pas besoin de bonbonne d’oxygène pour couler).

Le dernier de nos quatre fantastiques est le candidat d’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon. Un vrai communiste. Il veut un taux d’imposition de 100% pour les riches, embaucher plus de fonctionnaires et revaloriser les salaires de la fonction publique. Indépendamment du fait que le communisme a été rejeté même en Chine et en Russie en raison d’un échec complet et total, Monsieur Mélenchon semble penser que les Français sont prêts pour un déclin rapide vers la pauvreté totale. Bonne chance avec ça.

Et donc, mes chers compatriotes, alors que je suis assis ici en France pour vous écrire cette lettre, les mots «  Président Trump » ne me semblent plus si fous, après tout !

[1] Jacques Cheminade.

 

***

A Letter to America about the French Elections

 

Dear Fellow Americans,

There are just a few days before the French hold the first round of their Presidential election, and we really need to thank France for taking us off the hook for holding the Most Ridiculous Election in a serious country. I thought after Trump-Clinton, the USA would hold that title for a long time, but France is doing its best to snatch that title away from us. So if you see a French person, give them a kiss of thanks. Just be aware that the kiss will likely be accompanied by a mouthful of cigarette smoke.

The French elections are bit different than in America. First of all, they have two rounds of voting, held on Sundays. Why do they vote on Sunday? Because the stores are all closed and there is nothing else to do. Second, basically anyone can run. So the ballot has eleven candidates, including a Trotskyist who wants to ban layoffs and give workers control over companies. Then, there is the candidate of the New Anti-Capitalist Party, who despite working as a mechanic for Ford Auto, is “sick to death of this capitalist steamroller that destroys everything in its path.” And yet, he continues to work as a mechanic for that capitalist steamroller. I guess it is not that bad after all.

But wait, it gets better: the Lyndon LaRouche party, which disappeared from the American scene years ago, is alive and well here in France. The LaRouche party candidate’s pledge: ban Pokemon Go, saying that it is an expression of society that is both ridiculous and appalling. Seriously.

Going into the final days, four candidates are essentially tied at the top of the polls. The first of the four is Francois Fillon, the French Republican candidate, but French Republicans are not like American Republicans. They are more like American Democrats. He plans to reduce public spending as a percentage of GDP all the way down to 49% by 2022. America’s public spending percentage of GDP is 36%, and that is after eight years of President Obama. Even though the media refer to him as “right-wing”, the tag only applies in France. This is not Tea Party Fillon by any stretch of the imagination. Fillon is best known for his jobs program, in which he promises a job to every family member; attendance is optional.

Then there is the centrist candidate, Emmanuel Macron, who is a centrist only in France as he has been a long time Socialist. While saying very little of substance, he does have a nice smile. What is fascinating about Macron is that when he was 16, he and his married 40 year old teacher fell in love. In America, that would be the basis of a bad Lifetime movie; but this is France, and I guess that is kind of centrist here.

Then there are the candidates of the “far-right” and “far-left”. Marine Le Pen is always described as “far-right”, but I think that is only because she seems to hate a lot of people; her economic policies, such as they are, are straight from the playbook of the economically illiterate loony left. She wants to lower the retirement age from the current 62 to age 60, apparently unaware that people are now living longer than ever. She wants to hand out additional social benefits, apparently unaware that money does not grow on trees. Best of all, she wants to give up the euro and go back to the franc. For Americans who may not recognize that term, a long time ago there used to be two types of francs: one called the Swiss Franc, the other called the depreciating French Franc (There used to be a famous French underwater explorer called Jacques Cousteau. An old joke was what is the difference between Jacques Cousteau and the French franc? The franc does not need an oxygen tank to sink to the bottom).

The last of the final four is the candidate of the” far-far-left”, Jean-Luc Melenchon. A true communist, he wants a 100% tax rate on the rich, hire more state workers and give the public sector a pay raise. Apparently unaware that communism has been rejected even by China and Russia due to complete and total failure, he seems to think the French are ready for rapid economic decline and total poverty. Good luck with that.

So as I sit here in France writing this letter to you, the words “President Trump” do not sound so crazy after all.