<< Retour aux actualités

L’écosystème boursier européen dépend du dynamisme des petites et moyennes valeurs

arrow2

Télécharger l’intégralité de l’étude

– La Financière de l’Echiquier  et l’Institut de recherche MiddleNext publient aujourd’hui le premier travail de recherche paneuropéen sur les petites et moyennes valeurs cotées
– L’étude démontre l’importance vitale des petites et moyennes valeurs pour la dynamique économique européenne
– La contraction de ce segment, constatée depuis plusieurs années, représente un risque majeur pour l’ensemble de l’écosystème boursier européen

LFDE et l’Institut de recherche MiddleNext publient aujourd’hui une étude portant sur l’analyse du segment des petites et moyennes valeurs (« Small » et « Mid » caps) entre 2000 et 2014. Cette étude originale, pilotée par Gaël Faijean, gérant, responsable de l’analyse quantitative chez LFDE, observe tour à tour le segment sous quatre angles différents et complémentaires (structure du marché, performance boursière, performances économiques et structure de la gestion d’actifs de valeurs moyennes).

L’analyse effectuée révèle plusieurs enseignements de première importance pour la place de l’Europe dans la sphère économique et financière.

– Le segment Small/Mid représente 78% des sociétés cotées européennes pour seulement 3% des transactions boursières : un marché de masse en nombre de sociétés, mais de niche en volume de transactions.
– Ce segment génère une performance annualisée et corrigée du risque 2 fois supérieure à celle des Large.
– Cette performance boursière provient d’un dynamisme économique plus important : 50% des Large d’aujourd’hui étaient des Small/Mid en 2000.
– Le dynamisme des Small/Mid est donc le moteur du marché européen : il stimule l’économie, la rémunération de l’épargne et conditionne le nombre de Large caps à long terme.
– Ce dynamisme est menacé : le nombre de Micro/Small cotées a chuté de 20% depuis 2007.
– Cette baisse des petites valeurs menace, à long terme, la vitalité de l’économie  européenne : le nombre de Mid/Large a déjà baissé de 5% depuis 2007.

« Cette étude très factuelle constitue une double apostrophe pour les parties prenantes de la régulation française et européenne, commente Caroline Weber, Directrice générale de MiddleNext. D’une part, elle les invite à prendre conscience de l’indispensable mutualisation des revenus entre grandes et moyennes valeurs pour construire les marchés financiers de demain et, d’autre part, elle les aide à mieux appréhender les leviers de construction d’un marché financier et à les adapter à des entreprises de taille très hétérogène. »

« Aussi vrai qu’il ne saurait exister de prêt-à-porter sans haute couture, les grandes valeurs qui accaparent l’extrême majorité des flux boursiers n’existent que parce que la richesse du vivier des petites et moyennes valeurs leur offre un socle de développement à nul autre pareil, conclut Didier Le Menestrel, Président de LFDE. Il est donc essentiel de protéger, d’entretenir voire de favoriser par tous les moyens la vitalité permanente du segment des Small/Mid. Le dynamisme de l’Europe et son attractivité pour les épargnants sont à ce prix. »


Télécharger l’intégralité de l’étude

arrow


Contacts presse

Sophie Thiard sophie.thiard@lfde.com +33 (0)1 47 23 98 12 / +33 (0)6 22 80 20 98
Laurent Sécheret laurent.secheret@lfde.com +33 (0)1 53 23 87 48 / +33 (0)6 79 20 35 27
Caroline Weber c.weber@middlenext.com +33 (0)6 80 21 64 68

Télécharger le communiqué de presse.