<< Retour aux actualités

Les bonnes surprises viendront d'Europe

Echiquier Major : les bonnes surprises viendront d’Europe

Questions à Frédéric Plisson et Jean-Charles Belvo, gérants d’Echiquier Major

 

LabelFR2010

Echiquier Major investit dans les grandes valeurs européennes de croissance, leaders de leur secteur. Il démarre l’année avec une performance de +10% depuis le 1er janvier 2015 (performance annualisée depuis la création: +8,39%*). Frédéric Plisson et Jean-Charles Belvo, gérants du fonds, reviennent sur leur stratégie et leurs idées d’investissement du moment.


Quelles sont vos prévisions pour l’économie européenne en ce début d’année ?

L’Europe n’est pas encore véritablement sortie ni de sa stagnation économique ni de l’enlisement politique. Mais les évolutions récentes laissent présager le retour à une croissance positive pour les entreprises européennes, qui pourraient nous réserver de belles surprises en 2015.
-La BCE a annoncé un programme inédit de rachat de 60 Md€ de dettes par mois jusqu’en septembre 2016 au moins. Cette initiative permet d’éloigner le risque déflationniste, rendant le contexte plus propice à la prise de risque et à la quête de rendement.
Le fort recul de l’euro contre le dollar (-12% sur l’année 2014) rend les investisseurs plus optimistes sur l’économie européenne.
La chute du prix du pétrole (-46% sur l’année 2014, exprimés en $) est également un facteur de soutien de la consommation des ménages européens.


Ces facteurs sont propices à un rattrapage tactique des actions européennes. En quoi sont-ils particulièrement favorable aux grandes valeurs de croissance ?

-Dans un contexte qui reste troublé et relativement incertain, les investisseurs sont à la recherche de dossiers offrant une visibilité accrue, ce qui est le cas des sociétés leaders de leur secteur.
-L’environnement de change est très favorable pour les entreprises de croissance bénéficiant de bilans sains et d’une forte exposition à l’international.
-La chute des prix des matières premières est positive pour les structures de coûts des entreprises et profite notamment aux valeurs qui devraient bénéficier de la redistribution du pouvoir d’achat . 


Quelles sont vos convictions en ce début d’année ?

-La forte volatilité qui se poursuit depuis 2014 nous donne l’opportunité de se positionner ou de se renforcer sur des dossiers capables de délivrer de meilleurs résultats que la moyenne grâce à leur leadership et à la qualité de leur modèle économique. C’est le cas de  GRIFOLS, AMADEUS ou encore du groupe FAURECIA, qui devrait bénéficier en 2015 des transformations importantes opérées depuis 2008.
-Nous prenons position sur des valeurs favorisées par la baisse de l’euro / dollar : à l’image de DAIMLER et des acteurs du secteur du luxe exposés à la consommation américaine (HERMES et LUXOTTICA).
-Nous avons procédé aux arbitrages de rigueur sur la poche suisse, qui est passée de 8,5 % à 3 % du fonds.
Notre approche reste opportuniste : le marché offre l’occasion de se renforcer sur de beaux dossiers qui, d’après notre analyse, souffrent passagèrement du contexte actuel. C’est par exemple le cas du groupe textile espagnol INDITEX.


Comment évolue la philosophie de gestion d’Echiquier Major ?

-Nous restons fidèles aux deux piliers de la philosophie d’Echiquier Major : être libres de penser différemment des marchés, et suivre une vision de long terme.
La démarche ISR reste le fil conducteur de notre gestion car elle permet de mieux connaître le management et la culture de chaque entreprise, et d’en évaluer les risques extra-financiers. Au cours des derniers mois, l’accent a été mis sur l’étude approfondie de la gouvernance des entreprises.

Télécharger le PDF

arrow

Echiquier Major présente un risque de perte en capital. Sa gestion est discrétionnaire : il existe un risque que le fonds ne soit pas investi à tout moment sur les valeurs les plus performantes. Pour plus d’informations sur les risques et les frais prélevés par l’OPCVM, nous vous invitons à consulter le prospectus et le DICI disponibles sur simple demande.
* performances arrêtées au 11/02/2015. Volatilité à 3 ans : 12, 08