<< Retour aux actualités

Les nouveaux milliardaires

Les « classes moyennes » européennes subissent de plein fouet la crise économique. Chômage élevé, pouvoir d’achat en berne, croissance atone, délocalisations… les difficultés qu’elles rencontrent constituent un défi majeur pour les pouvoirs politiques de la zone euro. Certains vont même jusqu’à évoquer leur disparition, conséquence d’une mondialisation qui les auraient, soit fait progresser dans la classe supérieure soit, au contraire, régresser vers une classe dite populaire(1).

Cette réalité locale masque une réalité mondiale bien différente : à l’échelle de la planète, le nombre d’individus composant la « classe moyenne » devrait augmenter de plus d’1 milliard d’ici 2020 et de plus de 3 milliards d’ici 2030. Une croissance exceptionnelle qui constitue ainsi un thème majeur pour vos investissements.

D’après l’étude de l’Institute for Securities Studies(2), les vingt prochaines années verront des bouleversements démographiques majeurs. Si nous savons déjà que la population indienne, avec plus d’1,5 milliard d’habitants, dépassera la population chinoise de 130 millions d’individus en 2030, la structure même de la population mondiale subira une véritable révolution. L’élévation générale du niveau de vie sera particulièrement spectaculaire en Asie où l’étude annonce une explosion des « classes moyennes » pour atteindre 3,2 milliards de personnes. En Afrique ou au Moyen-Orient, les taux de croissance (inférieurs à ceux de l’Asie), feront rêver nos dirigeants européens et dans à peine deux décennies, la classe moyenne d’Amérique du Sud comptera plus de 300 millions d’individus, autant que dans toute l’Amérique du Nord réunie.

La mondialisation tant décriée dans nos contrées est un bienfait pour ces populations du monde émergent. Un meilleur accès à l’éducation et au savoir doit notamment permettre une baisse du taux de la population illettrée dans le monde (10% en 2030 vs 27% en 1990). L’accès à l’information à travers la généralisation d’internet (1 terrien sur 2 y sera connecté dans vingt ans) sera, bien entendu, un vecteur important dans cette évolution.

Alors comment profiter de l’essor de cette nouvelle population ? Le Figaro(3), dans un récent article, met en exergue ces entreprises de la consommation qui servent plus d’1 milliard de clients dans le monde. L’OREAL, PROCTER & GAMBLE, NESTLE ou COCA-COLA ont développé au fil du temps une gamme de produits déclinables tant sur le plan local que global. Nul doute que ces « super leaders » sont prêts à profiter de l’essor de ces « classes moyennes ».

Accélération de l’Histoire, de nouveaux outils sont désormais disponibles pour toucher encore plus rapidement qu’auparavant ces milliards de nouveaux consommateurs. Facebook, créée il y a seulement 8 ans, atteint déjà le milliard d’utilisateurs et permet aux marques de se rapprocher encore un peu plus de leurs clients : COCA-COLA compte 41 millions de fans sur sa page tandis que Danette (groupe DANONE) a 1,2 million d’aficionados…

Ce n’est pas par hasard que ces entreprises à potentiel planétaire et milliardaire figurent parmi les choix d’investissement de vos fonds et notamment d’Echiquier Global ! Au moment où le thème de la stimulation de notre faible croissance revient sur le devant de la scène en Europe, rappelons-nous que cela fait longtemps que ces entreprises ont décidé d’aller dénicher de nouveaux clients sur l’ensemble du globe. Le monde est en croissance, ne l’oublions pas !

Didier LE MENESTREL
Avec la complicité d’Olivier de BERRANGER

(1) Fractures françaises – Christophe Guilluy
(2) Global Trends 2030 – Citizens in an Interconnected and Polycentric World – Mars 2012
(3) Le Figaro 25/04/2012 Ces sociétés qui comptent plus d’un milliard de clients